Pacte Commercial Chine-Taïwan : les blocs politiques taïwanais se battent, littéralement

Une semaine seulement après la signature à Chongqing du Pacte de Coopération Economique entre la Chine et Taïwan, la pilule a encore du mal à passer pour le groupe de l’opposition de l’ile. Une session de la législature hier a tourné en bagarre de cours de récré.
La dispute a commencé après que Wang Jin-pying, du parti du Kuomintang (KMY) a rejeté officiellement la proposition du parti pour la Démocratie Progressive de débattre chacune des clauses du Pacte, plutôt que de le considérer dans son ensemble. La décision de Wang devrait permettre d’accélérer l’adoption de l’accord déjà garanti par la majorité législative du KMT.
L’accord, qui doit prendre effet début 2011, est le résultat de deux ans d’efforts du président Taïwanais Ma Ying-jeou pour resserrer les liens entre l’économie hi-tech de l’ile et le marché lucratif chinois.
En plus de réduire les droits de douanes sur un grand nombre de produits taïwanais, le pacte formalise les mécanismes de médiation des différends et promet un accès libre à de nouveaux secteurs, tel que les services bancaires et les assurances.
Ma estime que l’accord est nécessaire à Taïwan pour lui éviter de tomber dans l’isolation économique en Asie, particulièrement alors qu’un accord de libre-échange entre la Chine et des pays du Sud-Est Asiatique a pris effet plus tôt cette année.
L’opposition rejette cependant l’argument du groupe de Ma, considérant que le pacte pourrait causer des dommages à l’économie de l’ile en la rendant excessivement dépendante de Pékin. Ils s’inquiètent également que le pacte ouvre une voie à l’unification politique qu’ils considèrent être l’agenda caché de la Chine.
Pékin et Taïwan se sont séparés au moment de la guerre civile en 1949 cependant Pékin considère depuis toujours l’ile comme une part intégrante au continent. Les deux ont récemment repris leurs échanges commerciaux et culturels.
La session d’hier a dégénéré dès le début. Les législateurs des deux bords ont rapidement échangé des coups et se sont jetés des objets, y compris des poubelles et des tasses. Su Chen-ching, de l’opposition, a été jusqu’à tenter d’atteindre Wang sur le piédestal mais a été jeté au sol.
Les scènes de se genre étaient chose courant par le passé, les deux blocs politiques étant déchirés par des disputes passionnées. Elles sont d’ailleurs considérées comme le point de départ de la transition du système de dictature vers la démocratie en 1987 sur l’ile.
Vidéo de la bagarre Illustration Dailymail  





Commenti